LIVRE : Guide architecture moderne et contemporaine, Namur & Luxembourg Provinces

Après Charleroi Métropole (2017), Tournai & Wallonie picarde (2017), Mons & Cœur du Hainaut (2015) et Liège (2014), c’est au tour de Namur & Luxembourg Provinces de faire l’objet du nouveau Guide architecture moderne et contemporaine. Ce volume est réalisé en partenariat scientifique avec la Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme LOCI de l’UCL – placé sous la direction de Jean-Paul Verleyen et Cécile Vandernoot – et la Faculté de Philosophie & Lettres de l’UNamur (PaTHs)

Des enjeux majeurs pour la culture architecturale

L’enjeu majeur de ce guide est de faire découvrir le patrimoine architectural moderne et contemporain existant des provinces de Namur et Luxembourg et de dépasser largement les oeuvres renommées, pour mettre en lumière des réalisations architecturales et des aménagements remarquables moins connus, révélateurs néanmoins d’une pensée significative sur la modernité. Le guide reprend à la fois des bâtiments publics comme privés, des espaces publics et des ouvrages d’art dans une période incluant les prémices de l’Art nouveau à l’architecture d’aujourd’hui.

Couvrant la période 1893-2020, rassemblant 452 réalisations dans 68 villes et communes, le Guide d’architecture Namur & Luxembourg répond à plusieurs objectifs :

  • Faire découvrir à travers ces pages la diversité des réalisations, familiariser et sensibiliser un public.
  • Contribuer à rassembler les arguments nécessaires pour valoriser un patrimoine architectural qui risque de disparaître trop facilement.

Le guide  dégage trois tendances qui ont marqué la production architecturale des provinces de Namur et Luxembourg.

  • La réalisation d’habitations et d’équipements liés au développement de la villégiature dès le début du XXe siècle – villas dans la Haute-Meuse, casino et plaine des jeux à Namur, centres de vacances en Province du Luxembourg, etc. –, dans laquelle vont se distinguer des architectes comme Georges Hobé et Edouard Frankinet.
  • La reconstruction d’édifices cultuels par l’église catholique sous l’égide du chanoine André Lanotte au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, afin de réparer les dégâts provoqués par le conflit et adapter la pratique suite à la tenue de Vatican II : une génération d’architectes et d’artistes talentueux, avec Roger Bastin et Lucien Kroll en têtes de file, vont réaliser des dizaines d’œuvres remarquables, dont certaines ont été intégrées dans le guide (églises, chapelles, sanctuaires, séminaires, etc.).
  • Enfin, le financement d’opérations de rénovation urbaine par les pouvoirs publics, surtout à partir de la fin des années 1970 et incluant le plus souvent du logement social, qui vont contribué au développement d’une architecture contextuelle dans des quartiers urbains et ruraux, s’appuyant sur la reconversion du patrimoine bâti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.