BOUYGUES IMMOBILIER : L’Intelligence Artificielle au service des bâtiments de demain

Objet souvent d’angoisses ou de fantasmes, que recouvre en réalité la notion d’Intelligence Artificielle plus que jamais en vogue aujourd’hui au sein du secteur immobilier ?
Bouygues Immobilier avait invité Rand Hindi, Docteur en bio-informatique, au MIPIM 2018 pour en parler.

Il rappelle qu’historiquement, le concept trouve son point de départ dans les années 1950 avec les travaux d’Alan Turing, qui se demande si une machine peut « penser ». Le développement croissant des technologies informatiques (puissance de calcul) et des techniques algorithmiques (notamment l’apprentissage profond ou « deep learning ») ont permis la réalisation de programmes informatiques surpassant l’homme dans certaines de ses capacités cognitives emblématiques : le jeu d’échecs en 1997, le jeu de go en 2016 et le poker en 2017. L’Intelligence Artificielle (IA) se développe ensuite surtout aux États-Unis sous l’impulsion notamment de John McCarthy, au MIT qui invente le terme en 1956 et sous celle de Marvin Minsky, à l’université Carnegie-Mellon.

Pour Rand Hindi, « Il s’agit avant tout de permettre à la machine de reproduire un comportement humain en combinant diverses techniques s’appuyant sur les sciences cognitives (réseaux neuronaux) comme la reconnaissance visuelle et le « machine learning » dans la continuité du deep learning qui permet à la machine en utilisant des algorithmes de créer son propre langage. Elle peut ainsi assurer de façon automatisée les tâches qui lui sont commanditées par l’humain. Les data obtenues, compilées et croisées sont traitées de façon à simuler et stimuler son intelligence artificielle. La machine est totalement dénuée de conscience et ne sera jamais capable de reproduire à 100 % la complexité de l’intelligence humaine. Le vrai débat repose sur le mauvais usage que pourrait en faire l’homme. »

Membre du Conseil National du Numérique, Rand Hindi co-pilote le groupe de réflexion sur l’impact économique et social de l’intelligence artificielle. Il a fondé en 2013 la start-up française SNIPS qui a levé 12 millions d’euros en septembre 2017 et a pour vocation d’intégrer une couche d’intelligence artificielle dans tous les objets connectés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.